Actualités
 

Actualités

Innovation dans le monde : les voitures autonomes

Google, Tesla, BMW, Lexus, Audi, Mercedes, mais aussi Peugeot et Renault en France... De nombreux constructeurs automobiles et d’entreprises high-tech du monde entier travaillent depuis plusieurs années sur le remplacement de la conduite humaine. En France, l'objectif national consiste à faire rouler des voitures automatisées d’ici 2020. Une véritable révolution des usages s’ouvre, et les collectivités françaises seront en première ligne

Outres les véhicules des citoyens, l’évolution des transports en commun et notamment des navettes autonomes, représente pour les collectivités françaises (notamment les communes et les agglomérations), une opportunité d’offrir plus de mobilité dans de nombreux territoires ruraux, de ramener les citoyens vers les systèmes publics et les lieux de vie stratégiques (hôpitaux, centres commerciaux…), d’offrir de la mobilité aux personnes âgées ou aux revenus modestes et de décongestionner des réseaux routiers saturés
       Crédit photo : Université d'Austin - Texas

Dès aujourd’hui, la métropole Rouen Normandie attend la mise en circulation de véhicules de niveau 3 et 4 permettant une vraie délégation de conduite et réfléchi à l’intégration de véhicules autonomes dans le plan de déploiement de ses villes. En région Ile-de-France, la première région automobile du pays en termes d’emploi, d’entreprises (équipementiers, constructeurs) et d’enchevêtrement de réseaux routiers, 100 M€ sont investis annuellement afin de rendre les routes plus intelligentes. La région souhaite de devenir la première région de France de déploiement du véhicule autonome, pour lutter contre la congestion routière et la pollution. Petites navettes, taxis robots collectifs ou trains de bus express, le développement du transport collectif autonome sur route reste moins coûteux que celui du métro ou du train. Plusieurs axes sont concernés : l’A1 et l’A6, l’A4 et l’A13

Il faudra donc développer les infrastructures de cette nouvelle mobilité, faire évoluer la réglementation, sortir les nouveaux véhicules du flou juridique concernant leur classification et les responsabilités associées, trancher la question de la propriété et de l’utilisation des données relatives aux déplacements et aux véhicules individuels et considérer le cyber-risque comme l’enjeu clé des nouvelles mobilités… Pour préparer ce tournant historique de façon opérationnelle, il faudra un engagement collectif fort de la part des acteurs publics et privés

Et les Français, qu'en pensent-ils ? Selon un sondage révélé le 14 mai, 59% des Français savent ce qu’est une voiture autonome, près d’un sur deux l’utiliserait, mais 72% n’ont pas confiance dans la délégation de conduite et 15% craignent qu'elle ne soit facilement piratée